Un courrier de Nathalie Arthaud

, par La Fédé

Nous avons adressé à Nathalie Arthaud, candidate à l’élection présidentielle pour Lutte Ouvrière, le Manifeste pour la création artistique dans l’espace public et la lettre d’engagement que nous proposons aux candidats de signer.
Nous publions ici sa réponse.

" Madame

J’ai bien reçu votre demande d’engagement pour « une politique culturelle réinventée ».

Je partage votre préoccupation de mettre l’art au service de l’émancipation et d’en faire une question d’intérêt général.

Lors de la fête annuelle de Lutte ouvrière organisée chaque année pendant trois jours à la Pentecôte, on peut voir dans toutes les allées s’exprimer cet art de la rue que vous évoquez. Pour n’en citer que quelques exemples, cela va des chorales aux marionnettes géantes en passant par la roulotte des sciences. Il ne s’agit que d’une fête animée par des bénévoles et il ne s’agit que de quelques journées. Mais j’imagine ce que cela pourrait signifier, transposé et développé à l’échelle de toute la société.

Si je milite pour l’émancipation sociale, pour une société qui serait débarrassée de l’exploitation, et dont le but serait de satisfaire les besoins de la collectivité, je sais que ces besoins sont multiples. Au-delà des besoins élémentaires de se loger ou de se nourrir correctement, pour avoir la vie la plus riche et la plus libre possible, il est indispensable d’accéder à la connaissance et à la culture.

Mais la culture, dans notre société, reste le privilège des classes aisées de la population, ce que je déplore. L’Etat devrait encourager toutes les initiatives locales et régionales en faveur de la culture, des créations artistiques, notamment comme les vôtres, il devrait que ce soit en développer les bibliothèques, l’éveil à la culture scientifique, l’accès à des salles de cinéma ou de théâtre à des prix abordables pour une famille ouvrière, la mise à disposition de locaux dans les communes permettant à chacun de s’initier à la création artistique.

Or, sous prétexte de la crise, il se désengage aussi du domaine culturel comme de tous les services publics, laissant les collectivités locales faire ce qu’elles peuvent avec leurs moyens en baisse.

Aujourd’hui, la dictature du profit s’impose à toute la société. Les gouvernements successifs ont pillée les caisses publiques pour subventionner les grands groupes financiers et ils ont coupé dans les budgets sociaux ou utiles à la population, dont la culture fait partie.

C’est par la lutte que le monde du travail pourrait imposer d’autres choix, notamment le droit à un emploi et un salaire décent pour tous, ou l’utilisation de l’argent public pour les services publics. Cela impliquerait que la population, les travailleurs contrôlent l’usage qui est fait des profits, ou du budget de l’État. Étendre le 1% % culturel à l’ensemble des travaux publics pour augmenter le financement de la création artistique, cela signifierait justement contraindre les Bouygues et consorts à payer.

Défendre cette perspective générale, c’est le sens de ma candidature dans cette campagne.

En vous assurant de ma solidarité, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs. "

Nathalie Arthaud