Notre rendez-vous avec l’équipe culture de la France Insoumise

, par La Fédé

La Fédération a été auditionnée par Danièle Atala et Roger Tropeano, chargés du livret culture qui sera édité pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon et dont la sortie sera accompagnée d’un « grand événement » (date et lieu encore à préciser). Depuis, le livret est paru, mais n’a pas retenu nos préconisations spécifiques.

Nos interlocuteurs ont notamment marqué leur intérêt pour le 1% Travaux publics, idée jugée « géniale ». Ils se sont également montrés attentifs à tout ce qu’on leur explique des restrictions dûes à l’état d’urgence dans l’espace public et de leur incidence sur les programmations et la vie des compagnies.

Leurs questions portent beaucoup sur la vie économique du secteur, et assez largement sur l’emploi culturel (dans une logique anti-austéritaire) 
Ils nous ont fait part de leurs axes de travail, et des mesures préconisées. Le livret s’organise en trois parties : constat, axes de travail, et mesures proposées.

Les constats :
• « Art et culture, des repères saccagés par la loi de l’argent » : un descriptif de l’incidence de la marchandisation de la culture et des effets pervers du mécénat, dynamique qu’ils décrient comme aggravée par l’Europe en raison des politiques d’austérité ;
• L’art et la culture restant pourtant des lieux de résistance au consumérisme, et aux inégalités, et d’ouverture.

Leurs axes de travail :

• L’appropriation et le partage avec la notion d’une répartition géographique évitant la seule concentration culturelle dans les métropoles
Émanciper la culture de l’argent (l’argent privé, s’entend)
• Défendre tous les professionnels de la culture avec une approche inclusive et valoriser leur liberté envers l’Etat.

Leurs mesures préconisées :
(En cours : le livret récapitule celles qui sont retenues)

•Fin des niches fiscales pour le mécénat et lancement de budgets participatifs culturels
•Relancer la « démocratisation » (!) notamment par la gratuité
ramener la culture auprès de tous avec de nouveaux lieux dans les territoires qui en manquent
•Faire mieux appliquer les lois sur le 1% artistique et l’archéologie préventive
•Etendre le régime de l’intermittence aux plasticiens
ramener l’enseignement supérieur artistique dans le giron de l’Etat
•Soutien aux libraires et disquaires indépendants
• Renforcement de l’exception culturelle et soutien à la francophonie
plate forme publique de téléchargement
•Augmentation du budget de la Culture pour le porter à 1% du PIB.

Une réflexion plus orientée vers le national que le territorial, et qui insiste beaucoup sur la question des moyens. Une inconnue : leur position vis-à-vis des droits culturels qui semble leur inspirer quelques réserves, et notamment la crainte de devoir répondre à une "demande" du public. Les droits culturels ne sont pas mentionnés dans le livret, ni la création dans l’espace public.
Noter que lors du meeting du 5 février dernier à Lyon (doublé par hologramme à Aubervilliers, le candidat de la France insoumise s’est exprimé sur les sujets Recherche, éducation et culture. On peut visionner la vidéo ici.

P.S : Mise à jour du 13/2/ 2017 : Le livret est disponible et téléchargeable. ci-.joint.