FAIRE ET DÉFAIRE LA VILLE ENSEMBLE 

, par La Fédé

Dans la version imprimée du Manifeste, nous avons publié ce texte de Gilles Rufi sans son annexe, le "Guide des bonnes pratiques". Nous le republions ici dans son intégralité.

Un événement artistique dans l’espace public ouvre des « possibles » à une autre organisation de celui-ci. On s’aperçoit alors que ce n’est pas un lieu si figé qu’il ne le parait. Les arts de la rue permettent la rencontre entre l’artiste, l’habitant et la ville ou tout du moins une rencontre différente avec la ville.

Le rôle du directeur technique prend ici tout son sens, en réaménageant temporairement l’organisation de la ville. Lors d’une manifestation dans l’espace public, la ville devra retrouver autrement l’ensemble de ses services, comme l’ensemble de ses fonctionnalités, par exemple la circulation de ses habitants, la sécurité de ses installations ...
Le directeur technique est avant tout un généraliste qui a des compétences dans les relations humaines. Il est primordial de savoir s’entourer, en recherchant et en connaissant en amont de l’événement les personnes ressources de la ville. Le directeur technique s’assure qu’ensemble, ils vont servir les mêmes objectifs, permettre à l’art de s’inscrire dans la cité dans de bonnes conditions et mettre l’habitant au cœur du projet.
Il est le liant entre tous les services, le garant du passage des informations et met en place tous les outils utiles à leur diffusion et à leur compréhension. Pour ce faire, il crée un outil essentiel : un document unique le plus complet possible précisant le rôle de chacun dans l’organisation.
Il ne faut pas oublier que tous les services étatiques, territoriaux et municipaux continuent de fonctionner durant l’événement. Le but est donc d’être dans une continuité de leurs missions de service public. De même, l’habitant, le riverain, l’utilisateur des voiries, les professions libérales de santé ou autres, les commerces, les sociétés marchandes et de services, bref tout ce qui fait la ville, continuent de s’articuler et de coexister selon des usages et des habitudes propres à chaque territoire.
Tous les acteurs de la ville doivent être associés dans la mesure du possible. Une part importante de pédagogie doit être injectée dans la conduite du projet. Il ne s’agit pas de privatiser la ville, mais de la transformer, de la faire évoluer et de la partager différemment en trouvant le bon compromis entre l’artistique, l’habitant et la sécurité.
La préparation et le vécu d’un événement dans l’espace public créent des liens entre les services sollicités, les habitants et l’organisateur de l’événement. Nous apprenons à nous connaître et à faire la ville ensemble. Chacun se retrouve grandit par une meilleure connaissance de l’autre et par la réalisation d’un projet commun. Il est certain, que cela facilite le vivre ensemble au quotidien. Essayez......

Annexe : événement, mode d’emploi !

La liste par domaine ci-dessous n’est pas exhaustive et est à adapter en fonction de l’importance de la manifestation (Nous vous conseillons de consulter le Guide : [«  Organiser un événement artistique dans l’espace public », téléchargeable gratuitement sur le site d’Hors Les Murs).

Administratif
- Demandes d’autorisations pour l’organisation d’une manifestation dans l’espace public auprès de la mairie, de la sous-préfecture ou de la préfecture de police en fonction des villes.
- Souscription d’un contrat d’assurance couvrant les conséquences pécuniaires de la responsabilité civile pour l’organisation de l’événement.
- Demandes en mairie d’arrêtés de circulation et de stationnements, d’ouvertures d’Etablissements Recevant du Public type Chapiteaux Tentes et Structure, d’autorisation d’artifices en fonction de sa catégorie, d’ouverture de débits de boissons temporaires, d’autorisation de vente de denrées alimentaires, d’interdiction de ventes diverses et variées comme les bombes de mousse et les contenants en verre, d’édition de laissez-passer pour certains véhicules de services et d’urgences, de conventions liées à l’utilisation de locaux municipaux, de convocation de commissions de sécurité le cas échéant, ...
- Le volet social réglementaire concernant le recrutement des équipes techniques de l’organisateur.


Sécurité

Il est essentiel de considérer tous les acteurs de la sécurité comme des partenaires et de ne pas hésiter à les solliciter pour leur demander conseil. Une bonne prévention en amont permet une gestion plus facile de la sécurité durant l’événement. Il est intéressant que tous ces services puissent visualiser l’ensemble des lieux en amont afin d’accroître leur réactivité et la bonne adéquation des moyens à mettre en œuvre.
- La police nationale, municipale, et/ou la gendarmerie qui restent les interlocuteurs privilégiés dans le maintien de l’ordre.
- Les services de lutte contre les incendies, pour lesquels il ne faut pas oublier de laisser en tout point de l’événement un accès de 3,5 mètres en largeur et en hauteur.
- La sécurité privée qui devra être complémentaire aux forces de l’ordre surtout sur le volet prévention.
- La protection civile, qui est le premier maillon opérationnel dans l’organisation de l’aide aux victimes et pour la "bobologie".
- Les signaleurs pour la bonne gestion des arrêtés de circulation.
- Les bureaux de contrôle concernant la vérification et le bon montage des ERP tels que les chapiteaux, les gradins ou les installations électriques. Il est à noter que le passage de ces bureaux n’est en aucun cas une décharge de responsabilité, mais un début de réponse.

Techniques et matériels

Pour la réussite d’un événement, le mieux est de solliciter dans un premier temps les ressources et compétences disponibles sur le territoire. C’est le gage d’un événement durable et partagé. Les services techniques municipaux possèdent une multitude de matériels et matériaux utiles à l’organisation de l’événement (camions, bennes, barrières Heras et Vauban, outillage, gradins, sable, parpaings, échelles, ...), et ont en leur sein des équipes détenant une multitude de compétences autour du fer, du bois, de la maçonnerie, des espaces verts, de la plomberie... Ils sont nos « œuvriers ». Ils sont aussi souvent heureux de partager leurs savoir-faire voire même prêts à jouer un rôle dans des propositions artistiques (Carabosse / KXKM).

Gilles RUFI, Directeur technique du Boulon - Centre National des Arts de la Rue -et du festival des arts de la rue du Valenciennois « Les Turbulentes » - Vieux-Condé